Un regard sur le passé des
droits de l’Homme

Le cylindre de Cyrus (539 av. J.-C.)

Les décrets de Cyrus effectués sur les droits de l’Homme ont été écrits en langue Akkadienne sur un cylindre d’argile cuite.
Cyrus le Grand, premier roi de l’ancienne Perse, a libéré les esclaves de Babylone en 539 avant J-C.
En 539 avant J.-C., les armées de Cyrus le Grand, premier roi de l’ancienne Perse, conquirent la ville de Babylone. Mais ce sont ses actions suivantes qui marquèrent une avancée importante pour l’humanité. Il libéra les esclaves, déclara que toutes les personnes avaient le droit de choisir leur propre religion et établit l’égalité raciale. Ces décrets et bien d’autres furent enregistrés sur un cylindre d’argile rédigé en akkadien et en caractères cunéiformes.

Connu aujourd’hui sous le nom de cylindre de Cyrus, ce document antique est maintenant identifié comme la première Déclaration des droits de l’Homme dans le monde. Il est traduit en chacune des six langues officielles de l’ONU et ses clauses sont analogues aux quatre premiers articles de la Déclaration universelle des droits de l’Homme.

La diffusion des droits de l’Homme

De Babylone, le concept des droits de l’Homme se répandit rapidement en Inde, en Grèce et enfin à Rome. Ici, le concept de « loi naturelle » est né de l’observation du fait que les gens avaient tendance à suivre certaines lois non écrites au cours de leur vie, et la loi romaine fut basée sur des idées rationnelles dérivées de la nature des choses.

Les documents affirmant les différents droits de l’individu, tels que la Magna Carta (1215), la Pétition de droit (1628), la Constitution des États-Unis (1787), la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen en France (1789), et la Déclaration des droits des États-Unis (1791) sont les précurseurs écrits de la plupart des documents contemporains concernant les droits de l’Homme.