NOUVELLESFAIRE DES DROITS DE L’HOMME UNE RÉALITÉ MONDIALE

KERRI KASEM, LA LUTTE POUR LES DROITS À LA VIE FAMILIALE

Kerri Kasem (à droite) avec son père Casey Kasem, ancien animateur radio sur American Top 40 et la voix de Scooby Doo.

Kerri Kasem, animateur radio et fille de Casey Kasem, raconte son histoire personnelle, sa lutte afin d’obtenir la garantie des droits de l’homme.

Les gens pensent que les violations des droits de l’homme sont à Timor, au Rwanda et en Iran. Mais il y a des droits de l’homme qui sont violés chaque jour, ici aux États-Unis », explique Kerri Kasem qui est une ambassadrice de Tous unis pour les droits de l’homme (UHR).

Kerri, dont le père, Casey Kasem était l’animateur de la radio American TOP 40 et la voix de Scooby Doo, en a fait l’expérience personnellement. Elle perdit tout contact avec Casey quand il fut atteint de démence sénile et que sa femme devint son tuteur en 2013. Son téléphone et son ordinateur lui furent enlevés, ses employés mis à la porte, et sa famille et ses amis ne pouvaient plus le voir.

Sans espoir, impuissante, frustrée et en colère, Kerri découvrit qu’elle n’avait personne vers qui se tourner ; ni la police ni les services de protection de l’adulte ne pouvaient l’aider.

« Je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas de droits qui permettaient aux enfants adultes de voir leurs parents malades », confie Kerri. « Et les “isolateurs” n’ont même pas besoin de dire aux enfants adultes si leur parent malade est mort ou enterré. Le droit à la vie familiale, le droit de vivre libre et en sécurité, et le droit de ne pas être soumis à la torture étaient tous refusés à mon père. Même après sa mort, ma belle-mère a violé ses droits, son droit de la nationalité, en l’enterrant dans un pays où il n’avait jamais été, où il n’avait aucune famille, alors qu’il était né et avait grandi au États-Unis et voulait y être enterré. »

En parlant de son expérience, Kerri a commencé à recevoir des centaines de lettres de personnes dans des situations similaires ; traumatisées, en colère et incapable de revoir leurs proches qu’ils aimaient.

« Je savais que je devais faire quelque chose », déclare-t-elle. « J’ai donc commencé par créer la Fondation Kasem Cares et j’ai commencé à voyager dans tout les pays pour éduquer les gens sur leurs droits fondamentaux et droits de l’homme et de se battre pour faire de ces droits une réalité grâce à la législation. »

Kerri fit passer le projet de loi Kasem Cares en Californie. La loi donne un droit de visite, d’un parent ou d’un être aimé, aux enfants adultes par l’intermédiaire d’un juge, et stipule que le tuteur doit informer les enfants lorsque leur parent est à l’hôpital et s’il est mort ou enterré. (La loi n’impose pas de visite si le parent ne le souhaite pas.) Devenue une loi dans maintenant 11 États, certain aspects ont été incorporés dans des projets de loi similaires dans neuf autres États, et 20 autres États ont adopté des projets de lois pour enrayer les mauvais traitements, et plus en prévision.

« Les gens pensent que les violations des droits de l’homme sont à Timor, au Rwanda et en Iran. Mais il y a des droits de l’homme qui sont violés chaque jour, ici aux États-Unis »

Peu de temps après l’approbation du projet de loi, Kerri se souvient d’une femme, qui pleurait et se cramponnait à une lettre qu’elle voulait donner à Kerri, la remerciant pour son travail. La femme lui dit : « Grâce à votre loi, j’ai pu voir mon père et être à ses côtés avant sa mort. »

« La maltraitance des personnes âgées est une violation des droits de l’homme », déclare Kerri. « Les gens tiennent leur droits de l’homme pour acquis, jusqu’à ce qu’on les leurs retirent, mais maintenant, vous devez les connaître. »

Aujourd’hui, Kerri utilise les supports audiovisuels, Tous unis pour les droits de l’homme afin de former des procureurs, des enquêteurs, des agents de police et des membres des service de la protection de l’adulte, sur les droits fondamentaux menacés par les mauvais traitements des personnes âgées.

« Si vous connaissez vos droits de l’homme vous pouvez changer votre ville, vous pouvez changer votre état, vous pouvez changer votre pays, vous pouvez changer le monde », annonce Kerri. « Connaissez-les, demandez qu’ils soient respectés et défendez-les. C’est ce que mon expérience m’a apprise. »



Nous avons besoin de votre aide

Joignez-vous au mouvement international des droits de l’homme en devenant membre de l’association « Tous unis pour les droits de l’homme ». L’association apporte son assistance aux personnes, aux éducateurs, aux associations et aux institutions gouvernementales de tous les pays du monde dans le but de les sensibiliser à la Déclaration universelle des droits de l’homme.

TÉLÉCHARGER »
TÉLÉCHARGER